Learn to Swim, pour l'apprentissage de la natation

Apprendre à Nager pour Sauver des Vies au Sénégal - bilan 2017



Le Sénégal dispose d’une importante façade maritime à l'ouest avec l’océan Atlantique couvrant environ 530 km de côtes. Le pays a aussi une économie diversifiée qui s’appuie notamment sur les ressources marines et le développement du tourisme balnéaire. Or, durant la saison estivale sur ses plages la jeunesse sénégalaise est régulièrement victime d’accidents.

Depuis 2014, la Fondation Princesse Charlène de Monaco, dans le cadre de ses programmes intitulés « Learn to Swim, pour l’apprentissage de la natation » et « Water Safety, pour la prévention de la noyade », apporte un soutien financier à l’association «La Maison du Rugby » dont le siège est à Dakar. Ce programme, qui bénéficie également d’une assistance technique de la Fédération Sénégalaise de Natation et de Sauvetage (FSNS), a permis, en 2017, de former 20 adultes à l’enseignement de la natation et aux précautions à prendre pour éviter la noyade. Il a aussi donné à 925 enfants, âgés de 5 à 16 ans, des leçons théoriques et pratiques sur l’apprentissage de la nage et sur la sécurité et la survie en milieu aquatique.

Ces séances d’apprentissage se sont déroulées en mer ou en piscine selon les conditions météorologiques.

En outre, deux bourses ont également été attribuées aux meilleurs nageurs sénégalais : l’une au vainqueur du championnat sénégalais de natation 2017, M. Adama Thiaw Ndir, et l’autre à Mme Jeanne Boutbien, qui a battu le record sénégalais du 50 m nage libre.

La remise de ces prix a eu lieu le 27 décembre 2017 lors d’une cérémonie de clôture du projet à la piscine olympique nationale de Dakar en présence des autorités conviées. Les enfants y ont fait une démonstration des techniques de natations qu’ils avaient récemment acquises.

L’ensemble des partenaires espèrent développer la pratique nationale de la natation, inspirer les jeunes et ainsi favoriser leur intégration, mais surtout réduire les accidents de noyades au Sénégal et plus particulièrement dans les régions de Dakar, Kaolack et Saint Louis. Le projet continue en 2018.